Ce 1e décembre, à l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre le VIH/Sida, nous vous invitons à suivre Maimouna et Abdoulaye sur @MSF_WestAfrica. Ensemble, ils vous feront vivre la journée à Conakry, aux côtés des équipes MSF du programme VIH/Sida et des associations guinéennes de personnes vivant avec le VIH, avec lesquelles nous travailler. Maimouna, l’amazone de Guinée

Maimouna, « amazone de Guinée », est racontée par Andrea Silveira, ancienne membre de l’équipe MSF en Guinée dans son livre « Guinée-Fagni : la trajectoire d’une femme africaine (l’histoire de nous, les femmes) »1

« La première fois que j’ai rencontré Maimouna, c’était lors d’une soirée d’adieu. Je venais juste d’arriver sur le sol guinéen pour rejoindre Médecins Sans Frontières (MSF) pour une mission de neuf mois. Il faut dire je ne connaissais absolument rien de la culture locale. Et celle-là était donc ma première leçon : personne ne part sans une fête remplie de musique, de danse et de nourriture typique. »

MSF, Doctors Without Borders, Guinea, HIV/AIDS, World AIDS Day
Maimouna Diallo, ancienne membre de l’équipe MSF en Guinée. 

Andrea Silveira y retrace l'histoire d'une femme guinéenne et de son combat quotidien, dans une société masculine et traditionnelle. C’est aussi l’histoire d’une personne vivant avec le VIH, qui fait face aux difficultés d’accès aux traitements dans les années 1990 et se bat pour un accès universel aux soins dans un pays où la stigmatisation et les difficultés d’accès aux services de santé sont encore une réalité. En 2016, seules 28% des personnes vivant avec le VIH avaient accès à un traitement antirétroviral, pourtant essentiel pour leur survie.

« Maimouna Diallo est une de ces graines de lumière qui ont fleuri dans l’adversité : femme, noire, africaine, musulmane, sans accès à une éducation formelle, divorcée et vivant avec le VIH. Elle a grandi dans un monde d’antagonismes, gouverné par une société de castes. On a porté des jugements sur elle de plusieurs manières. Pourtant, elle a mangé un sac de sel toute seule et a appris à se connaître très profondément. Un jour, elle a choisi de laisser son être se manifester et montrer ce qu’il est : une âme extraordinaire ! » Aboubacar : « Le VIH est dans mon sang, sa lutte est dans mon âme »

MSF, Doctors Without Borders, Guinea, HIV/AIDS, World AIDS Day

Aboubacar est guinéen et connait son statut séropositif depuis 2008. Il travaille aujourd’hui pour l’organisation médicale Médecins Sans Frontières (MSF), en qualité de patient expert. Eux-mêmes séropositifs et sous traitement anti-rétroviral, les patients experts sont formés pour sensibiliser sur le virus et accompagnés les patients dans leur mise sous traitement. Dans un témoignage très personnel, il raconte que c’est son insertion dans une association de personnes vivant avec le VIH qui lui a permis de survivre et nous montre comment ces associations jouent un rôle dans la lutte contre le VIH et la stigmatisation.


1 SILVEIRA Andrea, Guinée-Fagni: la trajectoire d’une femme africaine (l’histoire de nous, les femmes), Eureka Editora, 2018. Disponible en accès libre: http://www.editoraeureka.com.br/midia/guinee_fagni_fra.pdf